Accueil Sports Aganzo dénonce Rubiales pour espionnage présumé à la Garde Civile

Aganzo dénonce Rubiales pour espionnage présumé à la Garde Civile

18
0

Chaque jour (ou presque), un nouveau front s’ouvre pour Luis Rubiales. David Aganzo, président de l’Association espagnole de football (AFE), a déposé une plainte auprès de la Guardia Civil. à la Guardia Civil contre le président de la RFEF pour l’espionnage présumé dont il aurait fait l’objet en août 2019, par l’engagement d’une agence de détectives, comme on l’a appris. El Periódico de Españaqui, comme ce journal, appartient au groupe Prensa Ibérica.

Cette plainte, dont l’existence a été confirmée à ce journal par des sources du syndicat, s’ajoute à la plainte administrative déposée par l’AFE auprès du Consejo Superior de Deportes en vue d’une saisine ultérieure du Tribunal de Arbitraje Deportivo (TAD), suite aux enregistrements et documents privés de Rubiales révélés le mois dernier par El Confidencial.

Selon ces informations, Rubiales a commandé à l’agence Cryptex Europa SL d’espionner tous les déplacements d’Aganzo pendant quatre jours en août 2019, dans le cadre de l’affaire de la une motion de censure à l’AFE qui n’a pas prospéré et qui a été interprété dans différents milieux du football comme étant instigué par Rubiales lui-même.

« Intérêt fallacieux ».

Dans un communiqué rendu public après la révélation de ces informations, l’AFE a déjà censuré cette pratique présumée de Rubiales « comprenant que dans ce cas il n’y a pas d’intérêt légitime d’engager les services d’un cabinet de détectives dans le but d’enquêter sur son président et il y a un intérêt fallacieux pour nuire à son image, à sa réputation et à celle du syndicat qu’il représente.« .

Cet espionnage, en outre, aurait été payé à travers une fausse facture de 11 674 euros. « Aucun argent public n’a été utilisé pour l’espionnage, mais l’argent privé non plus. La Fédération n’a rien à voir avec cette question et n’a rien payé », a déclaré Rubiales lundi lors de l’assemblée ordinaire de la RFEF.

Read:  Bautista reconquiert Doha pour ajouter un dixième titre à son palmarès.

Aganzo et Rubiales entretiennent une profonde inimitié pratiquement depuis que ce dernier a été élu président de la RFEF. Il a promu comme successeur l’actuel président de l’union nationale (FifPro est également le président de la Coupe du monde) et à partir de ce moment-là, leurs relations se sont dégradées.

Plus de fronts

Ainsi, il ouvre encore un autre front judiciaire pour RubialesLa CSD attend également que la CSD décide de transmettre au TAS l’une des deux plaintes reçues contre Rubiales : l’une émanant de l’AFE elle-même et l’autre de Dux International. Le TAD, dans un tel cas, devrait étudier l’opportunité de sanctionner ou même de disqualifier le président de la RFEF.

L’AFE a également envoyé des lettres aux présidents de l’UEFA (Aleksander Ceferin) et de la FIFA (Gianni Infantino) « étant entendu qu’il pourrait y avoir une responsabilité pénale ou disciplinaire, faisant appel à leurs codes de conduite respectifs », comme annoncé dans leur communiqué il y a quelques jours.

La voie procédurale la plus avancée est celle du parquet anticorruption, qui a ouvert une enquête le 19 mai à la suite d’une plainte déposée par le président de l’école d’entraîneurs CENAFE, Miguel Ángel Galánpour corruption présumée dans les affaires et administration déloyale. La semaine dernière, la RFEF a assuré avoir envoyé toutes les informations demandées par le ministère public et ce lundi, l’oncle et ancien chef de cabinet de Luis Rubiales, Juan Rubialesest déjà venu témoigner sur une base volontaire.

Read:  Des affaires illicites assombrissent le football portugais

Deux tribunaux

Galán lui-même a également déposé une plainte contre Piqué et Rubiales auprès des tribunaux de Majadahonda, tandis que Manos Limpias a déposé une plainte contre les deux, ainsi que contre le secrétaire général de la RFEF, Camps Andreuet les avocats Tomás González Cueto et Ramón Caravaca à la Plaza Castilla de Madrid.

Reste à savoir laquelle d’entre elles se chargera de l’affaire, bien qu’elle pointe vers Majadahonda, dont la division est moins saturée que celle de la capitale et qui est aussi celle qui correspond au lieu où les crimes présumés ont été commis, le La Cité du sport de la RFEF à Las Rozasselon les sources juridiques consultées par ce journal.

Comme l’explique ce journal, l’admission de l’une ou l’autre de ces deux actions en justice entraînerait automatiquement la cessation de la procédure ouverte par le bureau du procureur anticorruption. Dans ce cas, le ministère public devra lui transmettre tout ce qu’il a enquêté et perdra le contrôle du calendrier de l’affaire ainsi que le contrôle exclusif de la demande de mise en œuvre de la procédure.

Article précédentÉcosse-Ukraine : la lutte pour la Coupe du monde au milieu d’une guerre avec la Russie
Article suivantAlcaraz s’incline à Roland Garros face à un puissant Zverev