Accueil Sports Anticorruption va perdre le contrôle de l’enquête sur Rubiales et Piqué si...

Anticorruption va perdre le contrôle de l’enquête sur Rubiales et Piqué si le juge admet la plainte de Manos Limpias.

23
0

L’enquête sur le les actes de corruption présumés commis par le président de la Fédération espagnole de football (RFEF), Luis Rubiales, footballeur du FC Barcelone et PDG de Kosmos Global Holding S.L, Gerard Piquépourrait quitter le contrôle de la Bureau du procureur chargé de la lutte contre la corruption si la stratégie de Manos Limpias, l’organisation qui a dénoncé cette affaire ce lundi devant les tribunaux ordinaires de Madrid, aboutit.

L’article 773.2 de la loi de procédure pénale stipule que le procureur doit « cesser ses poursuites dès qu’il a connaissance de l’existence d’une procédure judiciaire sur les mêmes faits ».

De cette façon, et dans le cas où le juge auquel la plainte de Manos Limpias est distribuée accepte d’ouvrir une procédure, le ministère public doit envoyer tout ce qu’il a enquêté au juge correspondant et perdront le contrôle du timing sur cette question, ainsi qu’un contrôle exclusif sur la demande de mise en œuvre de la procédure.

De cette façon, si le pseudo-syndicat et le premier plaignant devant le ministère public, qui était le président du Centre national de formation des entraîneurs de football (CENAFE), Miguel Ángel Galán, étaient acceptés comme accusation populaire, tous deux pourraient demander une procédure au juge et avoir accès au dossier de l’affaire, ce à quoi s’opposait l’enquête résidant dans Anticorrupción. En outre, le Bureau du Procureur a eu un un an pour savoir si un crime a été commis. ou avant de décider s’il existe des preuves pour poursuivre l’affaire. Si la démarche de Manos Limpias est acceptée, les enquêtes pourraient aller un peu plus vite.

Faits nouveaux et personnes dénoncées

Pour l’instant, la seule chose qui est apparue est que le Bureau du Procureur enquêtait sur des activités prétendument corrompues au sein de la Fédération comme constituant les crimes de corruption dans les affaires et les administrations injustes. en relation avec deux événements spécifiques : le contrat pour l’organisation de la Super Coupe d’Espagne en Arabie Saoudite et le contrat pour l’organisation de la Coupe du Monde de la FIFA. le paiement de la louer d’une maison à Madrid pour Rubiales. Dans sa plainte, Manos Limpias fait référence à deux autres numérosle voyage du président à New York avec un ami peintre mexicain et son espionnage présumé du président de l’Association espagnole des footballeurs (AFE), David Aganzo.

Read:  Vicente Moreno : "Je ne signerai pas un match nul au Bernabéu".

En outre, la liste des personnes dénoncées a été allongée. En plus de Rubiales et Piqué, la plainte ajoute le secrétaire général de la Fédération Andreu Camps i Povill et deux associés de CG Legal qui ont agi en tant qu’avocats de cette organisation jusqu’à présent, Tomás González Cueto et Ramón Caravaca, qui sont accusés de « coopérer » dans le comportement prétendument corrompu. La plainte souligne que ce dernier est le premier vice-président du Tribunal arbitral du sport espagnol / Commission d’arbitrage et membre du Tribunal administratif du sport, TAD, « des organes très contestés lorsqu’il s’agit d’émettre des résolutions qui affectent le sport du football », indique le document.

Dans le document, rapporté par Europa Press, le syndicat explique qu’il engage une action en justice contre ces personnes pour avoir prétendument commis des infractions continues de corruption entre particuliers, administration déloyale et faux documents.. Comme la plainte adressée au ministère public, le document passe en revue les informations publiées par El Confidencial dans lesquelles il est indiqué que Rubiales aurait rejeté un accord avec le Qatar « plus avantageux » mais sans « les 24 millions pour Piqué ». et qu’il aurait également profité de la vente à l’Arabie saoudite d’un sponsoring de l’équipe nationale espagnole.

Il existe également des rapports, déjà entre les mains du ministère public, selon lesquels Rubiales aurait reçu une aide de la RFEF pour payer le louer une propriété « de luxe » à Madrid « sans y avoir droit », car il était enregistré dans la capitale espagnole. Plus précisément, il s’agit d’un un revenu de 3 100 euros par mois à payer par la Fédération elle-même.

« Le paiement du logement avec l’argent de la RFEF, qui reçoit des fonds publics de Loterías y Apuestas del Estado et du Consejo Superior de Deportes à hauteur de 17 millions d’euros par an.Le syndicat a déclaré dans la lettre : « La Fédération, bien qu’elle ait permis à son président de recevoir une aide financière pour le logement, il était essentiel pour lui d’avoir sa résidence en dehors de Madrid ».

Read:  Vicente Moreno défend Rubiales : "Je pense que c'est un gars honnête, je ne peux que parler en bien de Rubi".

Comme nouveauté par rapport au premier plaignant, Manos Limpias joint les publications dans lesquelles il est dit que Rubiales aurait payé un « voyage d’agrément » à New York avec de l’argent de la Fédération de football.. « Le voyage aurait eu lieu entre le 31 octobre et le 4 novembre 2018, soit cinq mois seulement après avoir pris la présidence de la fédération », précise-t-elle.

Des détectives pour Aganzo

Elle fait également référence à l’infraction présumée de falsification d’un document public en raison de l’existence d’une « fausse facture » de 11 764 euros pour « déguiser » la surveillance qui aurait été réalisée en 2019 par une compagnie de détectives pour espionner le président de l’Association des footballeurs espagnols (AFE), David Aganzo.

« L’espionnage de Rubiales a eu lieu pendant quatre jours en août 2019, le but de l’enquête étant. pour évincer Aganzo de l’AFE par une motion de censure, soulevées par les membres de sa confiance », ajoute la plainte. Les conclusions de cet espionnage ont été reflétées dans un document « confidentiel » de 57 pages, rédigé par l’agence de détectives Cryptex Europa S.L., ajoute-t-elle, citant les informations sur cette affaire révélées par le journal numérique.

Article précédentBeatriz Álvarez, proclamée première présidente d’une ligue de football féminin
Article suivantLes COE en ont assez et vont présenter leur propre proposition pour les Jeux olympiques de 2030.