Home Sports Jeux olympiques 2030 : en l’absence d’accord, le CE votera entre la Catalogne et l’Aragon

Jeux olympiques 2030 : en l’absence d’accord, le CE votera entre la Catalogne et l’Aragon

0
Jeux olympiques 2030 : en l’absence d’accord, le CE votera entre la Catalogne et l’Aragon

Le CE est toujours déterminé à présenter une candidature pour les Jeux d’hiver de 2030. C’est ce qui a été déclaré mardi Alejandro Blanco à l’assemblée du Comité et les transmettra ce mercredi à Thomas Bach, président du CIO. M. Blanco lui demandera plus de temps pour préciser ce que sera le projet, étant donné l’absence d’accord sur un projet commun catalan-aragonais. S’il n’y a toujours pas de pacte olympique, une assemblée extraordinaire du CE votera entre les propositions de la Catalogne et de l’Aragon.

L’assemblée annuelle ordinaire du Conseil de l’Europe a approuvé cette solution au cas où l’impasse persisterait. « Ce Comité a déjà choisi en son temps entre Jaca et Grenade une candidature pour les Jeux d’hiver et entre Séville et Madrid pour les Jeux d’été. Mais un choix entre les deux serait la deuxième option. Nous nous basons sur la première, à savoir qu’il y a un accord. J’y crois toujours », a déclaré M. Blanco après le conclave.

Le président du comité espagnol a expliqué au cours de la réunion le travail effectué jusqu’à la semaine dernière où il a décidé de donner un coup sur la table, après que l’Aragon se soit retiré de l’accord technique qui plaçait 54 événements sur le sol aragonais et 42 en Catalogne. Mercredi, il a assuré qu’il présenterait une proposition au CIO avec qui voudrait le rejoindre, en l’ouvrant aux stations aragonaises, avec ou sans le soutien du président. Javier Lambán. Maintenant, dans une nouvelle tournure du scénario, il propose qu’il y ait un vote pour choisir entre la thèse de la Catalogne ou celle de l’Aragon.

Read:  L'argent saoudien met le feu au golf (et à votre conscience) avec un nouveau circuit de plusieurs millions de dollars

Il convient de rappeler que Jaca avait posé sa candidature en vain à quatre reprises (1998, 2002, 2010 et 2014). Barcelone, malgré le signal de départ donné par Jordi Hereu en 2010, avait renoncé aux Jeux de 2022 et 2026.

Nouvelle critique de Lambán

Blanco appellera Lambán et Aragonès jeudi après avoir rencontré le président du CIO mercredi. Le président d’Aragon a regretté ce mardi que « le CE ait essayé de tirer vers la position de la Catalogne sans un effort minimum pour l’accord » et a affirmé qu’il préfère qu' »il n’y ait pas de Jeux qu’il y ait dans des conditions d’inégalité&rdquor ;.

« La Catalogne veut les Jeux, s’il n’y a pas de possibilité de parvenir à un accord, nous demandons au CE d’explorer toutes les alternatives avant de perdre cette opportunité. Nous ne renoncerons pas aux Jeux », ont insisté des sources de la Generalitat, qui ne veulent pas rater ce train. Aujourd’hui, pour la première fois depuis 2019 (lorsque le Conseil de l’Europe a proposé à la Generalitat que, pour éviter des dépenses inutiles, l’Aragon se joigne à elle pour pallier les lacunes du projet olympique), l’option de la Catalogne de faire cavalier seul est envisagée.

Les rapports de la Generalitat

Dans les études que la Generalitat a réalisées entre 2018 et 2021, il a été souligné que la Catalogne pouvait accueillir la plupart des épreuves, à l’exception du ski de fond et du patinage de vitesse (qui, dans le pacte que Lambán n’a pas signé, seraient allés à l’Aragon) et des épreuves de skeleton, de bobsleigh ou de sauts (qui, dans la candidature commune, devaient se dérouler à… Sarajevo).

Read:  Rafa Nadal jouera le Barcelona Open Banc de Sabadell 2022, annonce les organisateurs

Dans les rapports du gouvernement, des alternatives ont été proposées, comme l’adaptation du Pla d’Anyella pour le biathlon et le ski de fond (ce qui coûterait 18,5 millions au départ et 25,1 millions en investissement permanent), ou la construction d’une piste à Fira de Barcelona de 200 mètres de long sur 80 mètres de large pour le patinage de vitesse. Ces options pourraient maintenant être remises sur la table.

De vote en vote

Le gouverneur a décidé vendredi dernier de reporter le consultation sur le territoire en raison de l’absence d’accord avec l’Aragon sur une candidature commune. Leprésident de la Generalitat, Pere Aragonèsavait prévu de signer le décret vendredi pour organiser le référendum le 24 juillet. Mais, à moins de deux mois des élections, l’incertitude quant à l’engagement du gouvernement et à l’avenir de l’Union européenne est bien réelle. Lambán a provoqué l’ajournement. Maintenant, en plus des doutes sur le fait qu’il y aura finalement un référendum dans les Pyrénées, il y a la question supplémentaire de savoir s’il y aura un autre vote décisif dans le CE avant.