Home L'International La police bangladaise arrête un agent de police qui avait harcelé une femme professeur parce qu’elle portait un bindi.

La police bangladaise arrête un agent de police qui avait harcelé une femme professeur parce qu’elle portait un bindi.

0
La police bangladaise arrête un agent de police qui avait harcelé une femme professeur parce qu’elle portait un bindi.

Un agent de police a été arrêté au Bangladesh pour avoir harcelé et menacé de mort une femme professeur d’un collège privé parce qu’elle portait un bindi, a déclaré la police lundi.

La police métropolitaine de Dhaka (DMP) a déclaré que l’agent Nazmul Tarek a été accusé de harceler, d’abuser et d’attaquer physiquement le professeur Lota Sumaddaer, professeur de théâtre et d’études médiatiques au Tejgaon College de Dhaka, a rapporté Bdnew24.com.

« L’agent s’appelle Nazmul Tareque », a déclaré Biplob Kumar Sarkar, commissaire adjoint de la division Tejgaon de la police métropolitaine de Dhaka, cité par le portail d’information.

Read:  Un Indien-Américain figure parmi les deux personnes inculpées par un tribunal américain pour leur rôle dans le blanchiment d'argent en cryptomonnaies.

« Notre enquête a révélé qu’il était impliqué dans l’incident », a-t-il ajouté.

Le commissaire de police de Dhaka, Mohammad Shafiqul Islam, a déclaré que des mesures administratives seront prises à l’encontre de l’agent, qui a harcelé le professeur parce qu’il portait un bindi – une marque décorative appliquée sur le front par les femmes dans le sous-continent indien.

La professeure avait auparavant déclaré à la police qu’elle ne se sentait pas en sécurité depuis que « l’homme en uniforme » avait essayé de l’écraser avec sa moto lorsqu’elle protestait contre ses insultes.

Elle s’est alors sauvée en s’écartant rapidement, mais a subi quelques blessures en tombant dans la rue.

Read:  Avec la Chine en ligne de mire, Joe Biden s'engage à verser 150 millions de dollars aux dirigeants de l'ANASE

Entre-temps, l’incident a suscité plusieurs protestations dans tout le pays, plusieurs organisations manifestant et demandant que le personnel de police soit traduit en justice.

« Où dans la constitution du Bangladesh ou dans quelle loi est-il écrit qu’une femme ne peut pas porter un teep ? » a déclaré dimanche Suborna Mustafa, législateur et acteur renommé, en dénonçant l’incident.

Mustafa, dans son discours au Parlement, a demandé que des mesures soient prises à l’encontre du policier accusé afin que de tels incidents ne se reproduisent plus.