Accueil L'International Le Kremlin affirme que les pourparlers de paix doivent se poursuivre et...

Le Kremlin affirme que les pourparlers de paix doivent se poursuivre et fustige l’Ukraine « hostile ».

32
0

Les pourparlers de la Russie avec une Ukraine « hostile » n’ont pas été faciles, mais l’essentiel est qu’ils se poursuivent, a déclaré samedi l’agence de presse RIA citant le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

« L’Ukraine est un pays très difficile, très difficile pour nous. Dans son état actuel, elle est hostile à notre égard », a déclaré le porte-parole à la télévision biélorusse. La Russie et l’Ukraine ont tenu plusieurs cycles de négociations, à la fois en Turquie et par vidéoconférence.

🗞️ Abonnez-vous maintenant : Obtenez Express Premium pour accéder aux meilleurs reportages et analyses sur les élections 🗞️.

Read:  Un juge américain annule l'estimation du coût des dommages climatiques de Biden

« L’essentiel est que les discussions se poursuivent, que ce soit à Istanbul ou ailleurs », a déclaré Peskov, ajoutant que les négociations n’étaient « pas faciles ».

La Russie souhaiterait poursuivre les pourparlers dans la Biélorussie voisine, mais Kiev s’oppose à cette idée, a-t-il ajouté. Peskov a déclaré que Moscou avait lancé l’invasion pour « sauver » deux régions de l’est saisies par des séparatistes soutenus par la Russie en 2014 et s’est dit confiant que la langue russe retrouverait la place qui lui revient dans le pays.

Read:  Un agent de mannequin proche d'Epstein retrouvé mort dans une prison française

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que l' »opération spéciale » de la Russie en Ukraine était nécessaire « pour protéger les personnes qui ont été soumises à des brimades et à un génocide ». Il s’agit de ceux dont la première ou la seule langue est le russe.

L’Ukraine rejette comme inventées les accusations de génocide.

Article précédentMotion de censure contre le Premier ministre pakistanais Imran Khan : voici les principaux développements.
Article suivantLes Hongrois se rendent aux urnes dans l’ombre de la guerre en Ukraine