Accueil Sports Le président du tennis imputé de Madrid a promis de démissionner si...

Le président du tennis imputé de Madrid a promis de démissionner si des irrégularités étaient prouvées.

24
0

Le président de la Fédération de tennis de Madrid, Juan Luis « Tati » Rascón, qui, le 7 juin, devra témoigner en tant que défendeur devant le chef du 43e tribunal d’instruction de Madrid, Fernando Fernández Esteban, qui enquête sur lui pour s’être auto-contracté avec un salaire de 10 530 euros par mois, s’est publiquement engagé à démissionner et à ne pas se représenter à la présidence de la fédération de Madrid. si l’une des irrégularités pour lesquelles il avait été dénoncé était prouvée.

C’est ce qu’indique une lettre adressée à la mi-2021 à tous les présidents des clubs de la Communauté de Madrid, à laquelle « El Periódico de España » a eu accès. « Je fais référence aux accusations d’irrégularités économiques. S’ils le prouvent, le jour suivant, Juan Luis Rascón Lope assume l’engagement ferme et sans réserve de quitter la Fédération de tennis de Madrid. Je présente ma démission irrévocable et je ne me présenterai pas aux élections.. […] Il suffit de prouver une seule des accusations que j’ai relatées ci-dessus pour que je ne me porte pas candidat aux prochaines élections », a écrit Rascón lui-même, quelques jours avant les élections fédérales au cours desquelles il a revalidé sa victoire.

Le président du tennis de Madrid a également assuré dans cette lettre qu’il assumait cet engagement, qu’il entendait remplir « sans sourciller ». Cependant, Rascón a exigé que les opposants dénoncent les prétendues irrégularités devant un tribunal, car sinon il s’agirait, poursuit la lettre, d’une simple « campagne de dénigrement médiatique ».« .

Read:  L'Espagne cherche une victoire contre l'Ukraine qui la rapproche de la Coupe du monde 2023.

Détournement de fonds

Quelques jours plus tard, les opposants de Rascón ont déposé une plainte auprès du bureau du procureur provincial de Madrid, dans laquelle ils signalent de prétendues irrégularités qui, selon leur version, ont été commises par le président et d’autres directeurs, dont le gérant, Juan Bautista Avendaño. Le ministère public, dans un document reçu par ce journal, a estimé que ces directeurs auraient pu commettre les crimes suivants administration déloyale, détournement de fonds publics ou fraude aux subventions pour une détournement de fonds présumé d’au moins 568 520 euros.

Le procureur de Madrid, María Valencia Fernández, a déposé une plainte auprès du tribunal dans un mémoire dans lequel elle a montré sa perplexité quant au fait que la décision de rémunérer « Tati » Rascón n’était pas soutenue par un accord de la Fédération de tennis de Madrid. « C’était la première fois que le poste de président devait être rémunéré, il est surprenant qu’il n’y ait pas d’accord exprès sur la question.dont la nécessité semble se déduire de la norme&rdquor ;, a précisé le représentant du ministère public.

Read:  La presse française saccage Messi et encense Mbappé

« Harcèlement médiatique ».

Cependant, dans la missive, Rascón affirme que pendant plusieurs mois, coïncidant avec le développement du processus électoral pour les élections à la Fédération de tennis de Madrid de 2021, lui et les autres membres du conseil d’administration de la Fédération de Madrid ont été « souffrant d’une campagne publique de discrédit et de harcèlement médiatique.« dont les dirigeants étaient des membres de la fédération qui s’opposaient à la gestion du président du tennis de Madrid.

Enfin, le président a affirmé aux présidents des clubs de tennis de Madrid qu’à toutes les occasions où de « fausses » informations avaient été diffusées sur les aspects économiques, sportifs ou juridiques de la FTM, « … la FTM n’avait pas été en mesure de fournir aux présidents des clubs de tennis de Madrid les informations dont ils avaient besoin ».sans fournir un seul document de preuve« Le président de la Fédération de tennis de Madrid et le conseil d’administration avaient publié des communiqués rejetant ces affirmations qui, selon M. Rascón, ne visaient qu’à « discréditer » les dirigeants de la Fédération de Madrid.

Ce journal a envoyé plusieurs questions au responsable de la Fédération de tennis de Madrid.Juan Avendaño, qui n’y a pas répondu.

Article précédentWarriors et Celtics, deux mondes qui s’affrontent pour gagner la bague
Article suivantCrivillé : « Márquez est un pur-sang blessé et le dernier héros du MotoGP ».