Accueil Sports M. Rubiales demande que le modèle de sa rémunération soit modifié pour...

M. Rubiales demande que le modèle de sa rémunération soit modifié pour passer à un salaire fixe majoré de l’IPC.

24
0

Luis Rubiales, président de la Fédération espagnole de football (RFEF), a demandé que lors de la prochaine assemblée de l’instance, compte tenu des soupçons générés par l’affaire « Supercopa de changer le modèle de leur rémunération et de passer à la un salaire fixe majoré de l’IPC.

Dans des déclarations à l’émission Espejo Público sur Antena 3, ratifiées ensuite sur Telecinco et La Sexta, il a de nouveau expliqué, comme il l’avait fait lors de la conférence de presse de mercredi, que son salaire actuel est approuvé par l’Assemblée, et qu’il consiste en un montant plus un autre en fonction du succès économique.

« Il n’est pas conditionné par l’arrivée ou non de Madrid. (à la Super Coupe) ou s’ils jouent la finale de la Coupe. Il est conditionné par le succès de la gestion », a insisté Rubiales, qui selon lui, les soupçons seraient justifiés si lui ou quelqu’un appelait un arbitre à siffler dans un sens ou dans l’autre, ce qui serait également un « crime ».

Rubiales a rappelé que « n’importe quel PDG » d’une compétition sportive, d’une organisation ou d’un club ayant une bonne gestion « gagne trois, deux ou un million et demi ». « Nous ne voulions pas imposer cette charge à la fédération. Donc avec une bonne intention Nous avons essayé de trouver une petite partie fixe et le reste serait pour le succès. C’était l’intention entièrement positive et surtout économiquement prudente ».

« Mais au vu de ce que j’ai vu, que le salaire soit fixé en fonction de ce que je serais payé cette année, qu’il soit consolidé et c’est tout ». Mais je ne vais pas toucher trois millions et demi comme le président de la ligue ou deux millions et demi comme le PDG d’une équipe. Un club de football ou une fédération dont le PDG a un revenu de 400 millions d’euros ne gagne pas 600 000 euros, il gagne beaucoup plus, beaucoup plus, tous ceux qui sont dans le football le savent », a-t-il fait valoir.

Read:  Le Giro vole à 47 ans sans Girmay, assommé par un bouchon de liège

Pour Rubiales, le fait que Javier Tebas, président de LaLiga, reçoive trois millions est exagéré. « Je ne voulais pas faire la même chose avec la Fédération. Si vous enlevez les droits de télévision à LaLiga et à la Fédération… nous générons bien plus que LaLiga. Nous ne voulions pas imposer à la Fédération un salaire aussi élevé. Je ne le critique pas, mais je ne veux pas faire la même chose. Voyant qu’il y a des soupçons, des controverses, même qu’un entraîneur dit qu’il peut y avoir des doutes, plus de doutes, un salaire fixe plus l’IPC », a-t-il insisté.

Tebas a de nouveau rappelé que toute l’opération de célébration de la Super League en Arabie Saoudite est légale, qu’elle a passé tous les filtres officiels de bonne gouvernance et d’éthique, et qu’il n’a « perçu aucune commission, ni légale ni illégale », qu’une « fausse histoire » a été créée, de même qu’il a souligné une nouvelle fois qu’il est victime d’une chasse à l’homme et a nié qu’il ait participé à une chumming avec le Barcelonais Gerard Piqué, dont la société, Kosmos, a servi d’intermédiaire avec le pays arabe.

Article précédentMagic Johnson présente sa docusérie : « Je devais raconter mon histoire ».
Article suivantUn revers pour la Superliga : un juge lève les injonctions et l’UEFA peut sanctionner le Barça, le Real Madrid et la Juventus.